Les graines tourbillonnantes du balsamo

#1 LA MARQUE MISHKIMAMA.

Depuis 2016 l’association Ishpingo avance sur un projet de commerce équitable dont le coup d’envoi a été symbolisé par la création de la marque «Mishkimama». En cette fin d’année, nous avons décidé d’accélèrer sur la commercialisation des produits issus de la reforestation. En conséquence un nouveau produit s’ajoute désormais à la gamme des produits Mishkimama, il s’agit de la pâte à tartiner Cacao-banane-Guayabilla ! Pour sa confection, nous n’utilisons que des produits achetés au juste prix en circuit court. Le cacao vient du nouveau et florissant commerce Tsatsayaku, à quelques kilomètres de Tena.La pâte à tartiner Cacao-banane-Guayabilla Les bananes proviennent des fermes des agriculteurs de la région. Quant aux Guayabillas (ou sundrop fruits), ces fruits sont issus directement des arbres plantés par la fondation Ishpingo.
Un produit 100% local donc et sans huile de palme s’il vous plaît, une bonne alternative (tant éthique qu’économique) à la pâte à tartiner italienne que l’on connait tous. Ce produit s’ajoute aux confitures (Araza et de Guayabilla) déjà proposées localement par nos équipes ainsi qu’à l’huile essentielle de cannelle amazonienne.
Nous sommes convaincus qu’il est indispensable que les agriculteurs bénéficiaires des actions d’Ishpingo prennent conscience du rôle qu’ils ont à jouer dans ce projet de commerce équitable et des responsabilités qui en découlent. À l’occasion d’une distribution de plantes par l’association, nous les avons invités à goûter les produits transformés dont ils sont la clé de voûte. Il est essentiel pour nous qu’ils puissent donner leur avis sur leur qualité de ces produits, c’est une démarche de cohésion et de prise en considération de leur importance. Lors de cette dégustation, les agriculteurs ont unanimement validé ces recettes et nous en avons profité pour les inciter à continuer de planter des arbres fruitiers. Il sont tous repartis avec des plants de citron, de salak, d’araza, de guayabilla, de cannelle amazonienne et de ramboutans qui viendront prochainement garnir leurs parcelles agroforestières.

 

#2 Nos premiers petits enfants.

Moment d’émotion au mois d’octobre pour l’association ! Après 12 ans d’existence, la fondation Ishpingo voit naître ses premiers «petits enfants». En effet un des premiers que nous avions plantés en 2005 produit cette année ses premières graines. Il s’agit d’un balsamo (Myroxylon balsamum), une essence de bois d’oeuvre. À l’instar de l’érable en France, les graines de balsamo sont en forme d’hélice (voir image à la une) et tourbillonnent dans les airs avant de tomber au sol. Ce système ingénieux permet aux graines de profiter du vent afin d’être disséminées le plus loin possible.Les 6 phases de la vie d'une feuille d'Ocotea quixos Nous espérons que cet arbre engendrera de nombreux enfants, nos petits enfants quelque part, et qu’ils deviendront les nouveaux citoyens de la forêt amazonienne qui a plus que jamais besoin d’augmenter ses effectifs.
En ce qui concerne le projet d’huile essentielle de cannelle amazonienne (Ishpingo en langage kichwa), nos travaux suivent leur cours. Une 20aine de distillations ont déjà été effectuées au sein de l’association. Un partenariat est en train d’être mis en place avec l’université de Loja qui serait disposée à nous mettre à disposition un étudiant qui travaillerait sur l’analyse de ces huiles. Le but final étant de définir une méthodologie de fabrication garantissant une qualité maximale pour ce produit si délicat. Les ingénieurs d’Ishpingo travaillent aussi actuellement sur les aspects de régénération de la plante après la récolte. L’objectif est d’étudier sa capacité à produire de la matière végétale après le traumatisme de la coupe. Sur l’image ci-dessus vous pouvez découvrir les 6 phases de la vie d’une feuille de cannelle amazonienne (Ocotea quixos).
À l’image des arbres que nous replantons, l’association Ishpingo continue à se développer lentement mais surement sur le chemin du commerce équitable sans perdre de vue nos objectifs de reforestation !

 

& Audrey BALLERY.

 

 

Les petits enfants d’Ishpingo
Étiqueté avec :