Huile essentielle de cannelle amazonienne

#1 LA FABRIQUE D’HUILES ESSENTIELLES DE SALINAS.

Salinas de Guaranda est un village andin situé à 3550m d’altitude, aux abords d’une mine de sel exploitée depuis l’époque Inca. À partir des années 70, sous l’impulsion d’un prètre salésien, ce village a réussi à former plus d’une trentaine de coopératives (production alimentaire, artisanat, textiles, etc…) et est parvenu à commercialiser ses produits non seulement au niveau national mais également partout dans le monde. Les produits phares de la marque SALINERITO sont le fromage, la charcuterie, les champignons secs et le chocolat.
Un précédent voyage à Salinas en compagnie de producteurs de l’association nous a permis de découvrir l’existence d’une fabrique d’huiles essentielles. Nous nous y sommes ainsi rendus de nouveau afin de tester la distillation des feuilles d’ishpingo (nom donné à la cannelle amazonienne en langue kichwa) que certains agriculteurs membres de l’association produisent.

 

#2 Un végétal aux propriétés intéressantes

Récolte des feuilles d'ishpingoLa cannelle amazonienne (nom scientifique Ocotea Quixos) est considérée comme un stimulant naturel. Elle est également utilisée pour soigner les inflammations gastriques et intestinales mais est aussi recommandée pour le traitement des grippes et rhumes. Ses propriétés antimicrobiennes et antifongiques ont été démontrées dans plusieurs publications scientifiques, pourtant elle reste encore peu exploitée, notamment sous la forme d’huiles.
Les feuilles d’ishpingo se récoltent d’une manière pour le moins acrobatiques. Il s’agit de grimper à 5 mètres au-dessus du sol dans les arbres pour effectuer la coupe à la machette. Après la récolte de 250kg de feuilles de cannelle amazonienne chez l’un des producteurs du canton de Talag, l’équipe prend la route des montagnes andines direction Salinas de Guaranda.
Les 5 heures de trajet initialement prévues ont été rallongées par quelques péripéties (route bloquée par une coulée de boue et panne de voiture). Comme toujours, nous avons été accueillis chaleureusement dans le village. Avec l’aide d’un ingénieur local, l’équipe de l’association Ishpingo a procédé à la distillation par la méthode d’entrainement à la vapeur des feuilles d’ishpingo.

 

#3 Les résultats de notre première distillation

Pour notre premier essai, nous avons obtenu 300mL d’huile essentielle de cannelle amazonienne, et environ 40 litres d’hydrolat.L'équipe Ishpingo dans la fabrique d'huiles essentielles de Salinas L’hydrolat correspond à la vapeur condensée recueillie en sortie de distillation sur laquelle surnage l’huile essentielle. Il contient une faible dose d’huile essentielle (aux alentours de 0.2%) et des molécules aromatiques hydrosolubles. Ces propriétés pourrait être utilisée pour la création de produits cosmétiques ou sous forme de jus. Il convient cependant de garder à l’esprit que la faible teneur en huiles essentielles rend les hydrolats très vulnérables au développement bactériologique, c’est une problématique non négligeable à leur exploitation commerciale.
Les premiers échantillons que nous avons obtenus serviront de point de référence pour la suite du projet. La prochaine étape pour l’association est de réussir à distiller les feuilles d’ishpingo sur place, moins loin des fermes des producteurs afin de réduire les complications logistiques. Si le projet porte ses fruits, la vente d’huiles essentielles pourraient devenir une source intéressante de revenus pour les familles de producteurs et serait une grande victoire pour toute notre équipe.

 
et .
 

Distiller de la cannelle amazonienne
Étiqueté avec :